28 septembre 2012 – La vie de château de Michelle Auboiron – Acte I – Scène X

Une peinture dans le vent ou quand Météo-France se fourre le doigt dans l’œil…

 

Nous attendons depuis 8 jours maintenant que Méteo-France nous annonce enfin une journée sans pluie à Versailles… le 26 septembre au soir, bingo, le site de la météo nationale (Météo-France, toujours un temps d’avance…) prévoit un vendredi sans pluie avec un vent à 10km/h le matin avec une pointe à 20km/h l’après-midi, retombant ensuite à 10…et tout cela, sans rafales…

ha… ha… ha…

Michelle décide de “planter” son chevalet sur le parterre du midi à l’angle Est du balcon Sud, donnant sur l’orangerie avec la pièce d’eau des Suisses en perspective…
C’est à peu près là où il y a le plus de touristes prenant ZE pose pour ZE photo du European Tour en 5 jours, c’est à dire EUX-MÊME, devant quelque chose qu’il cachent complètement, en l’occurrence ici l’Orangerie. Ils arborent des positions parfaitement naturelles comme… cambrés à se foutre une bonne hernie discale… allongés décontracts’ sur le garde-corps au dessus du vide… éperdument amoureux et enlacés, mais juste le temps de la photo… ou encore simulant le gars qui tombe du parapet et va s’écraser en contrebas…

Concentrée sur sa peinture, Michelle ignore la comédie dramatique qui se joue dans son dos… et le scénario implacable qui se noue côté météo… le vent, comme prévu très faible dans la matinée à insidieusement forci… forci… forci… plus possible de tenir la toile… plus possible de peindre… de petites taches de couleurs deviennent de jolis pâtés quand la toile est plaquée sur le pinceau par une rafale… forcée d’arrêter prématurément à 15H30… il faudra finir en atelier…

20 km/h sans rafales qu’il disaient à Météo-France…

Visite d’Olivier, que nous n’avions pas vu depuis une bonne dizaine d”années, sympa !

Peinture n°11 – L’Orangerie depuis le parterre du midi (1)

Share

2 réponses

  1. lecout dit :

    ben j’vous l’avais bien dit que le ventilateur était allumé …

  2. Charles GUY dit :

    Pour un peu, on se croirait sur la plage de Courseulles…

Nous apprécions vos commentaires

Share